Mercredi dernier, journée particulièrement ensoleillée, nous sommes partis à 1 heure de route de notre petit chalet pour découvrir un site magnifique : le lac de Naussac.

Vu que nous sommes les spécialistes du GPS en « mode aventure », nous aurions dû nous douter que le trajet aller ne serait pas de tout repos. En effet, nous avons emprunter la Départementale 1 qui, bien qu’étant sur la carte le chemin le plus court (66 km), se trouve être la plus cabossée, la moins fréquentée, et la plus en altitude. Donc celle nous offrant la possibilité d’admirer la neige sur les bas-côtés. Tout pour plaire à Chéri-bibi qui se demandait dans quel pétrin j’avais encore été le fourrer avec mes envies de lac. Le pompon étant pour la fin, lorsque nous nous sommes retrouvés sur des chemins de terre, relativement défoncés et plus adaptés à un 4×4 qu’à notre Berlingo. Finalement, après avoir réalisé que la destination que j’avais indiquée à cette andouille d’ordinateur censé possédé un cerveau sophistiqué n’était pas la meilleure, nous avons pu repartir dans la bonne direction, c’est-à-dire l’un des parkings aménagés exprès autour du site plutôt que le centre du lac de Naussac (croyait-il que nous étions amphibie ?).

En sortant de la voiture, le point de vue sur cette étendue d’eau scintillante sous le soleil a réconcilié Chéri-bibi avec la route. Franchement nous ne nous attendions pas à ce que ce soit aussi tranquille et surtout aussi bien aménagé. En fait le lac de Naussac est une retenue d’eau aménagée dans les année 80. Il y a deux plans d’eau séparés par une digue, le petit donc nous avait fait le tour à pieds (3 kms) et le grand qui fait une surface de 1000 hectares. Il y a beaucoup d’aménagements pour les promeneurs comme des sentiers, des bancs, des tables de pique-nique, une petite plage et une immense pelouse afin de se poser pour rêver, lire ou passer une journée en famille. Je crois que dès que les beaux jours arrivent, il est aussi possible de pratiquer des activités nautiques et de se restaurer sur place.

L’endroit est apaisant, tranquille et calme et cela alors qu’il y a pas mal de promeneurs, de pêcheurs et de jeunes qui s’amusent. Il faut dire que c’est tellement grand que ce serait difficile de se marcher dessus, il faudrait voir en été…

Pour ceux qui aimes l’ornithologie, il y a également des petits cabanons avec des ouvertures afin de pouvoir observer les oiseaux et les photographier sans les déranger. Je pense qu’il faut y aller plus tôt dans la journée, mais nous avons quand même vu des colverts et même un rapace (un balbuzard d’après les panneaux) mais il était trop haut pour que nous le photographions. Quoiqu’il en soit, entre la flore et le paysage environnant il y a de quoi faire et Chéri-bibi nous a même fait un plan sur les poubelles qu’il a trouvé « design » et surtout assez nombreuses pour que le site reste impeccable (je tiens à le préciser car le fait de photographier des poubelles sous tous les angles lorsqu’on se trouve au « paradis » mérite de rester dans les annales de nos aventures hihihi).

Franchement, ce fut une super après-midi du côté de la ville de Langogne, nous reviendrons certainement pour un prochain pique-nique surtout que pour le retour nous avons pris la route passant par Mende. Plus de monde mais mieux entretenue…

Laisser un commentaire

Nous sommes à PARIS 17EME
Abonnez-vous !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.