CHAT

« Qu’il est beau ! » « Il est magnifique ! » « Il est adorable ! » « Il est tellement mignon ! » « Je peux le prendre en photo? ». Et voici Syrius Restititus, le prince des félins, le seigneur au port royal, face à ses admirateurs. Devant sa cour il prend la pose, se tourne, s’allonge, allant même jusqu’à gratifier l’un de ces simples mortels d’un petit frottement contre la jambe ou d’un coup de tête mirifique. Notre chat est magnifique, doux, pas farouche, en un mot : parfait !!!

Tous ceux qui le croisent l’adorent et tombent dans le piégé de son magnifique pelage tigré, de ses yeux d’or et de sa queue si fournie et si douce. Notre gouttière aux ascendances maine-coon est un prince charmant et charmeur, s’adaptant à toutes les aventures, toutes les situations et tous les publics.

Pour l’instant, installé sur l’un des livres empruntés à la bibliothèque, juste à côté de mon ordinateur, il somnole, entrouvrant ses yeux d’ambre à intervalles réguliers afin de surveiller la progression de mes doigts sur le clavier. Il patiente, il attend son heure, le moment où je m’arrêterais pour enfin m’occuper de celui qui devrait être le centre de mon univers : Lui !!!

Il faut savoir que, loin de son public, Syrius Restitus, alias Titichat pour les intimes, devient un empereur pouvant se montrer tyrannique dans sa manière de gérer ses terres et la population qui les occupe. Il a deux esclaves tout dévoués à sa cause bien qu’il soit parfois obligé de les rappeler à leurs devoirs. Vous voulez savoir quel est le rôle d’un « propriétaire » de chat ?

Vous allez le découvrir dans ce qui va suivre, mais d’abord je voudrais juste apporter une précision au terme propriétaire ainsi qu’à la raison pour laquelle j’ai mis ce mot entre guillemets car aucun humain ne peut posséder son chat. Bien que les matous aient décidé de nous faire croire le contraire depuis des siécles afin de rassurer nos égos d’espéce supérieure, je peux vous garantir qu’ils n’ont aucun doute sur leur supériorité à eux, pas plus que sur leur compétence innée en manipulation. Tous ceux qui cotoient ces félins au quotidien vous le diront, c’est eux qui nous possédent et moins nous en avons conscience plus nous sommes possédés.

Mais revenons à nos moutons, enfin, plutôt à notre chat puisque c’est de lui qu’il s’agit. Son Altesse Impériale a des habitudes auxquelles elle ne dérogera sous aucun prétexte, la première étant ses croquettes du matin. En effet, comme tous les minets, le nôtre a besoin de faire entre 15 et 20 petites collations dans la journée. Il a donc un accés libre et illimité à ses croquettes ainsi qu’à son bol d’eau fraiche, mais tous les matins, qu’il reste de la nourriture ou non, que nous lui en ayons mis la veille ou cinq minutes avant qu’il la réclame, nous devons la changer et cela sous sa surveillance. Si elle a été mise dans son bol avant qu’il ne soit là pour voir, tant pis pour nous, il refusera d’en manger et il faudra recommencer l’opération ravitaillement depuis le début. Pour le coup, nous ne prenons plus d’avance sur le planning, hors de question de lui faire une surprise, ses croquettes sont servies en sa présence tous les matins !!!

Le second rituel indispensable au déroulement de sa journée concerne sa vie affective. En effet, notre Gracieux Seigneur apprécie grandement de renouer avec ses lointains souvenirs de tout petit chaton en patounant et tétant mon peignoir (je ne sais même pas si je vais pouvoir vous laisser partir vivant après cette révélation mettant en cause la dignité de notre Grand Roi. Votre silence sera peut-être la clef de votre survie). Plusieurs fois par jour je dois me mettre à la disposition de Bébé Chat afin qu’il puisse avoir son quota de transe extatique et ronronnante. Comment résister à tant d’amour même si, parfois, ses griffes acérées ont tendance à traverser les épaisseurs de tissus ?

Maintenant nous abordons le sujet qui aurait pu entrainer le plus de litiges entre Syrius le Grand et ses humbles serviteurs si nous vivions dans une république féline démocratique (ce qui, je vous le rappelle, n’est absolument pas le cas). Il s’agit des allées et venues de notre matou entre la maison et l’extérieur. En effet, Minou Chéri aime beaucoup sortir et cela avec ou sans nous (eh oui, il nous promène de temps en temps), malheureusement, pour ses balades, ni habitude régulière, ni planning ne rythment ses journées. Monsieur sort et entre lorsque ça lui chante. Qu’il fasse beau ou mauvais, chaud ou froid, qu’il neige ou qu’il pleuve, aucune intempérie n’aura de prise sur lui. S’il veut sortir, il faut lui ouvrir la porte-fenêtre immédiatement, quoique nous soyons en train de faire et surtout quelque soit l’heure.

Ainsi, hier soir par exemple, après avoir dormi, mangé, tourné, viré, réclamé des câlins, marché dans nos jambes, notre Prince des ténébres a finalement gratté à la porte exactement deux minutes aprés que nous ayons éteint la lumière. Pour ceux qui imagineraient que nous n’y avons pas pensé avant, je précise que si, bien sûr, nous lui avions ouvert avant d’aller nous coucher et qu’à ce moment-là (soit 10 minutes plus tôt) c’est avec le plus grand dédain que Monsieur Chat nous a regardé avant d’aller s’allonger dans notre lit.

Et voici, comment je me retrouve à guetter le retour du chat prodige une bonne partie de la nuit de peur qu’il attrape froid et celui-ci peut choisir de revenir trente minutes plus tard ou bien à l’aube, c’est selon.

Pour terminer, c’est avec culpabilité et désolation que j’aborde la moins avouable des facettes de sa personnalité. En tant que mère adoptive de mon Bébé Chat, je porte sur les épaules le poids de ces fautes, de ces crimes même car j’ai élevé un meurtrier doublé d’un sérial-killer. Notre Monarque Félin est un prédateur de la pire espèce. Tapi dans l’ombre (ou au soleil), prêt à sauter sur n’importe quelle opportunité, c’est sans aucun remord qu’il va s’attaquer au petit peuple qui vit et travaille sur ses terres. Rongeurs, oisillons, oiseaux, lézards et même un écureuil (snif) tout est bon à satisfaire ses vils instincts et son appétit vorace. Il chasse, il joue, il dévore sans pitié tout ce qui passe à sa portée et en plus il est doué mon chatounet d’amour…

 


 

Laisser un commentaire

Nous sommes à PARIS 17EME
Abonnez-vous !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.