Nous sommes le 30 juin et cela fait déjà trois jours que nous sommes partis du Village de Gîtes de Chirac en Lozère. Aujourd’hui, je vous écris donc depuis le département de l’Orne, dans une toute petite ville nommée Macé où nous sommes venus passer quelques mois en attendant la naissance de notre second petit-fils (prévue en octobre). Du bonheur en famille après un voyage d’étape plutôt épique…

Mais revenons à cette matinée ensoleillée du 27, alors qu’à huit heures du matin, un peu émus nous disons au revoir à Edith et Bernard (les propriétaires). Bien installés pour le long trajet qui nous attend, Syrius endormi dans sa caisse, c’est totalement confiant que nous prenons l’autoroute au niveau de Marvejols.

Il aura fallu seulement seize kilomètres pour que Titine nous fasse comprendre qu’elle n’irait pas plus loin. Seize kilomètres de perte de puissance, à espérer qu’elle reprenne son souffle jusqu’au moment où le tableau de bord s’est transformé en sapin de noël pour se mette à clignoter de tous les côtés.

La chance étant avec nous, c’est pile à côté d’une borne téléphonique que Titine vient de décider de se mettre en grève.

Première étape : petit coup de téléphone à la plateforme d’assistance (il s’agit de Fidélia). Très réactive, l’employée nous indique la marche à suivre et nous envoie directement le numéro de dossier pour la prise en charge.

Seconde étape : appel depuis la borne pour le dépannage. Moins de 10 minutes plus tard, Stéphane, un employé de l’autoroute était là avec son camion orange servant à sécuriser le site. 20 minutes après, c’est la dépanneuse qui arrivait.

Troisième étape : retour à Marvejols (ah, tiens, on connaît ce coin-là !!!), où nous avons super bien été accueilli par une amoureuse des chats (la première d’une longue liste) grâce à qui nous avons pu laisser vadrouiller Syrius qui, bien décidé à mettre son grain de sel dans toute cette histoire, avait réussi à se libérer de son panier pendant le trajet avec la dépanneuse.

Pendant ce temps, la plateforme téléphonique nous a mis en relation avec un loueur de voitures (Enterprise : eux aussi méritent d’être mentionnés) qui essaient de nous trouver un véhicule le plus rapidement possible. Finalement, le seul disponible se trouvant à Montpellier (200 kms plus bas), l’un de leur convoyeur passe nous récupérer au garage afin de nous amener jusqu’à l’agence. Un homme adorable qui nous a raconté plein d’anecdotes sur les coins traversés, sa vie, ses aventures et ses chiens. En plus, grâce à lui, nous avons découvert le Viaduc de Millau. Une véritable œuvre d’art !

Quatrième étape : de nouveau l’attente. Syrius en profite pour se dégourdir les pattes, explorer tous les bureaux et même accueillir les clients de l’agence. Comme il est un peu cabotin, il n’hésite pas à prendre la pose pour ses admirateurs. Catherine, Ophélie et tous leurs collègues sont adorables et se décarcassent pour nous trouver une voiture capable de contenir toutes nos caisses. Finalement ce sera un Picasso C4. Nous repartons au volant de notre nouveau carrosse vers seize heures.

Cinquième étape : de retour au garage, nous transférons les bagages d’une voiture à l’autre. Direction un petit coin sympa pour pique-niquer (il est quand même 18 heures passées), finalement nous partons pour la Normandie avec dix heures de retard sur l’horaire prévu. Syrius a retrouvé la tranquillité de sa caisse et va dormir d’une traite jusqu’à l’arrivée en dépit de la pluie et des orages qui se sont trouvés être les cadeaux bonus de notre aventure qui se terminera à deux heures le 28 au matin.

Le C4 Picasso a été rendu à Alençon et Titine quant à elle, restera définitivement en Lozère. En effet, le devis des réparations s’élève déjà à 1450 €, nous savons qu’il y a d’autres réparations à prévoir et depuis le mois de novembre dernier, nous en avons déjà fait pas mal. Le Minimalisme, c’est également savoir être dans le lâcher-prise et faire confiance à ce que l’univers peut nous offrir. Nous en avons toujours eu la preuve jusque-là car quoiqu’il nous soit arrivé, les événements se sont retournés en notre faveur. D’ailleurs, nous avons déjà trouvé un acheteur.

Il ne nous reste plus qu’à trouver une nouvelle Titine, ce qui se fera certainement avant la fin des six mois que nous sommes censés passer avec les enfants et petits-enfants…

 

Laisser un commentaire

Nous sommes à PARIS 17EME
Abonnez-vous !

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.